Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2020

Crise Covid-19 / nuage de Tchernobyl-86, confinement / contamination, jusqu'à l'explosion de Chinon-20, -21, ou 22... ?

Si le Covid-19 s'en prend au personnel sous tension à la centrale nucléaire de Chinon, comme il s'en est pris à l'équipage de porte-avions nucléaire français, vous pourrez faire vos valises définitivement ou bien vous engager auprès de cette nouvelle Agence qui recense des volontaires : à vos claviers, smartphones, réseaux sociaux ; diffusez largement autour de vous cette image. MERCI

A quelques jours de la commémoration de la catastrophe de Tchernobyl qui fait encore parler d'elle ces jours-ci avec des incendies dans les zones encore très fortement irradiées, et alors que l'Europe est empêtrée dans la gestion de la crise sanitaire du Covid-19, le groupe angevin se fait le relai de cette campagne de "l'Agence Nationale des Initiatives Citoyennes" :

RecensementVolontairesCriseNucleaire2020.jpg

Lien :

AGENCE

NATIONALE

des INITIATIVES

CITOYENNES

www.a-n-i-c.fr

01/04/2020

Nous sommes dans l'enceinte de confinement (pas encore atomique... ?)

En 2021 (2022 ?, 2023 ?...), en cas de tsunami nucléaire,

idem en 2020, comme pour la pandémie covidaire,

vous prendrez bien votre attestation de sortie pour vous la mettre... sur le nez,

en guise de masque atomique !!

 

d7.jpg?w=474&h=417

Déjà en 2009 :

Commission d’enquête Covid-19 : Audition de Gilles Reynaud

Dans le cadre de la commission d’enquête de suivi du Covid-19 lancée par les parlementaires de la France insoumise, Mathilde Panot auditionnait Gilles Reynaud, Syndicaliste Sud Énergie, travailleur sous-traitant dans la filière nucléaire.
L'audition s'est déroulée le lundi 30 mars 2020.
 
 

08:46 Publié dans Covid-19 | Lien permanent | Commentaires (0)

26/03/2020

Gestion de crises Covid19/Tchernobyl : même constat... (par Frédéric LORDON)

https://blog.mondediplo.net/les-connards-qui-nous-gouvern...

Lordon.png

L'article commence ainsi :

"Bien sûr ça n’est pas moi qui le dis — ça non. C’est Claude Askolovitch. Plus exactement, Claude Askolovitch rapporte les propos d’un « ami pneumologue ». En même temps, on sent qu’il les endosse un peu. Ça n’est pas exactement lui qui le dit mais un peu comme si quand même. En tout cas, tous les papiers de la respectabilité sont dûment tamponnés : un journaliste de France Inter et d’Arte, on pourra difficilement plus en règle. Et donc tout d’un coup, sans crier gare, le voilà qui parle, ou laisse parler, de nos gouvernants comme de « connards ».

On se demande ce qui l’a piqué — en même temps il faut admettre : quand une vidéo appelée à demeurer dans la mémoire collective montre Agnès Buzyn, ci-devant ministre de la santé, déclarer fin janvier qu’évidemment le virus restera à Wuhan et qu’il n’y a aucune chance que nous en voyions jamais la couleur ; quand, jusqu’au 12 mars après-midi, le ministre Blanquer assène qu’il n’y a aucune raison de fermer les écoles (moi aussi, comme Claude Askolovitch, j’ai un ami : dans la classe de sa fille, sept cas positifs, mais pourquoi embêter les parents avec d’inutiles soucis de garde ?), et que le soir même la fermeture générale est annoncée ; quand, dans un tweet à ranger sur la même étagère que la vidéo de Buzyn, Macron, comme un hipster du 11e arrondissement qui aurait fait l’atelier poésie au collège, nous invite — le 11 mars –- : « Nous ne renoncerons à rien, surtout pas à rire, à chanter, à penser, à aimer, surtout pas aux terrasses, aux salles de concert, au fêtes de soir d’été, surtout pas à la liberté », pour le 12 fermer les écoles, le 14 laisser son premier ministre annoncer un début de confinement général, et le 16 morigéner la population qui continuait sur la lancée de l’exemple qu’il lui donnait depuis des semaines ; quand on se remet sous les yeux le tableau d’ensemble de ces ahurissements, on se dit en effet que tous ces gens se sont fait prendre soit par surprise, soit par connerie. Et que l’hypothèse de la surprise étant à l’évidence exclue, il ne reste que celle de la connerie — qui n’est pas une surprise.

Mais l’établissement des archives ne serait pas complet si l’on n’y ajoutait cette séquence, éloquente et synthétique entre toutes, de l’intervention de Martin Hirsch, directeur de l’AP-HP au journal de France 2 samedi soir : « Je supplie l’ensemble des Français d’appliquer les mesures annoncées ». Martin Hirsch, passé sans transition de la démolition à la supplication."

 

 

25/03/2020

Un avocat en colère...

En cas de catastrophe nucléaire, nous avons la preuve maintenant qu'il n'y a pas les stocks de masques en France pour survivre (à un nuage radioactif qui durerait plusieurs semaines)...

Les masques dont il est question ici sont des "chirurgicaux", alors que les "FFP2" seraient plus efficaces (mais ils sont plus chers et des centaines de milliers ont été détruits par la France il y a quelques années, alors...).

Contre le nucléaire, les masques "FFP3" encore plus fins (mais encore plus chers) sont à peine suffisants. Aurons-nous un jour en France de tels stocks, ou bien sommes nous déjà tou.te.s condamné.e.s en cas de catastrophe ??