Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2019

Ça va faire du bruit !! RV à Orléans ce samedi 19 septembre 2019

flyer3%20A6%20%20st%20laurent.jpg

flyer3%20A6%20%20st%20laurent2.jpg

14/10/2019

Une lanceuse d'alerte face à la mafia du nucléaire...

Soutenez Le Média !

23:04 Publié dans EDF, Orano | Lien permanent | Commentaires (0)

05/10/2019

Gaspard GLANZ dérange...

Le flic : "vous n'êtes pas allé sur Bure ??"

Gaspard G. : "non !..."

Le flic : "Et Bar le Duc ??"

On croit rêver (à partir de 5' 50")

 

Si Gaspard GLANZ, Journalise Fiché S (car il dérange) se pointe à Bure, sera-t-il incarcéré !?

 

 

29/09/2019

Nancy sous le vent radioactif de Bure ?!

entre-1500-et-3000-personnes-ont-manifeste-1569687888.jpg

2 500 personnes venues de toute la France et même d'Allemagne...

Merci pour cette mobilisation !

13/09/2019

Tou.te.s à Nancy le samedi 28 septembre 2019 !

28_29_hd-4.jpg?w=723

UN BUS PART D'ANGERS LE VENDREDI SOIR : https://ventdebure.com/venir-en-bus

On vous attend !

 

MERCI

21:40 Publié dans Bure | Lien permanent | Commentaires (0)

28/08/2019

BOOUM !!!

19/07/2019

WWW.BURE BURE BURE.INFO

Ce 18 juillet 2019, les défenseur.euse.s du Bois Lejuc (Bure) sont de retour dans les arbres* !

Tenez-vous informés sur l'évolution locale sur https://bureburebure.info (site officiel des opposant.e.s au monstre Cigéo)

On lâche rien !

 

* : https://bureburebure.info/fil-info-reoccupation-reoccupat...

 

00:25 Publié dans Actu, Bure | Lien permanent | Commentaires (0)

18/07/2019

Communiqué de presse du réseau Sortir du nucléaire - 18 juillet 2019

Pollution de l'eau potable au tritium : des mesures doivent être prises en urgence pour protéger la population !

Le 17 juillet 2019, l’ACRO a rendu publique une carte faisant état de la contamination au tritium de l’eau potable de nombreuses communes, notamment dans les vallées de la Seine et de la Loire. Pour le Réseau “Sortir du nucléaire“, ces données appellent une réponse des autorités. Elles mettent en évidence la vulnérabilité de millions de personnes et renforcent la nécessité d’une sortie du nucléaire pour protéger les populations de cette pollution quasi-quotidienne.

Plus de 6 millions de personnes boivent de l’eau contaminée !

Le tritium est composé d’hydrogène radioactif issu de la réaction nucléaire. Extrêmement mobile dans l’environnement, il s’associe à l’oxygène pour former de l’eau tritiée, qui pénètre facilement dans les matières organiques et peut endommager l’ADN des cellules. Or, selon les données transmises par le Ministère de la Santé et compilées par l’ACRO, sur la période 2016-2017, l’eau potable de 268 communes, représentant 6,4 millions de personnes, est contaminée par le tritium. À de très nombreuses occurrences, les concentrations dépassent le bruit de fond naturel [1], jusqu’à atteindre 31 Becquerels/L de moyenne annuelle pour la ville de Châtellerault, en aval de la centrale nucléaire de Civaux.

Cette pollution quotidienne doit d’autant plus alerter qu’elle concerne une eau prélevée dans des rivières et fleuves, où la contamination est diluée. En outre, la manière dont les mesures ont été effectuées peut laisser soupçonner l’existence de valeurs encore plus élevées. En effet, certaines petites communes situées en aval d’une installation nucléaire n’apparaissent pas sur la carte, n’effectuant de prélèvement que tous les cinq ans. Et lorsque seules deux mesures ont été effectuées sur la période concernée, tiennent-elles comptent des variations saisonnières, sachant qu’il existe souvent une corrélation entre le niveau de tritium relevé et le débit des fleuves ?

Les impacts sanitaires du tritium ne doivent pas être minimisés

Ces données, mêmes lacunaires, sont suffisamment préoccupantes pour nous interpeller et ne doivent pas être balayées d’un revers de main au prétexte que les taux relevés restent inférieurs aux normes prescrites par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Comme le montre une note récente de la CRIIRAD, le taux de 10 000 Becquerels/L fixé par l’OMS pour la potabilité de l’eau contaminée par le tritium est extrêmement contestable et aboutit à minimiser cette pollution. Concernant le tritium, l’OMS retient un niveau de risque cancérogène 160 fois supérieur à celui pris en référence pour les polluants chimiques et la méthodologie aboutissant à la définition de la norme apparaît très contestable (arrondis importants, erreurs, niveau indifférencié pour les adultes, les femmes enceintes et les nourrissons [2]...).

La CRIIRAD estime de ce fait que le taux de tritium relevé dans l’eau potable ne devrait en aucun cas dépasser 10 Bq/L, seuil déjà franchi par des communes comme Tours, Nantes ou Corbeil-Essonnes. Rappelons qu’au Canada, le Ontario Drinking Water Advisory Council demande à ce que le niveau de tritium dans l’eau potable municipale des collectivités ne dépasse pas 20 Bq/L. En outre, le Commissariat à l’Énergie Atomique lui-même reconnaît la nécessité de poursuivre les recherches sur les impacts sanitaires du tritium et d’en diminuer les rejets dans l’environnement et a lancé un programme de recherche à ce sujet.

Et en cas d’accident ?

Si des millions de personnes doivent déjà consommer une eau contaminée du fait du fonctionnement habituel des installations nucléaires, que se passera-t-il en cas d’importante fuite radioactive, voire d’accident ? En cas de problème à la centrale nucléaire de Nogent, verra-t-on des millions de personnes privées d’accès à l’eau potable ? Ou assistera-t-on à un relèvement des seuils pour que l’eau puisse toujours être considérée comme consommable ?

Les citoyennes et citoyens ont droit à un environnement sain et ne devraient pas être exposés quotidiennement à la radioactivité, ni au risque d’une contamination encore plus élevée en cas d’accident. Le Réseau “Sortir du nucléaire“ appelle les autorités à accroître la surveillance de l’eau potable et invite toutes les personnes intéressées à rejoindre l’observatoire citoyen de la radioactivité dans l’eau lancé par l’ACRO.

Dans tous les cas, la protection des populations plaide pour commencer à arrêter dès maintenant des réacteurs, ainsi que la production d’armes nucléaires [3], et mettre en œuvre une sortie du nucléaire civil et militaire.

Notes :

[1] Bruit de fond : tritium déjà présent dans l’environnement (cumul du tritium naturel, lié aux rayonnements cosmiques et reliquat des essais nucléaires). En France, le bruit de fond est environ inférieur à 3 Bq/l.

[2] Rappelons que les dégâts causés par le tritium sont d’autant plus élevés sur les foetus et les nourrissons, chez qui le processus de division cellulaire est plus intense.

[3] La production de tritium ne provient pas seulement des centrales nucléaires. Le centre du CEA de Valduc, en Côte-d’Or, où sont fabriquées les têtes nucléaires de la force de frappe française, en émet également, tout comme l’usine de retraitement de La Hague.

Contact presse :

Catherine Fumé - 06 62 84 13 88

Chargée de communication :

Charlotte Mijeon - 06 64 66 01 23

Retrouvez ce communiqué sur notre site : https://www.sortirdunucleaire.org/Pollution-de-l-eau-pota...

Contamination de l’eau potable par le tritium - Document explicatif de la CRIIRAD (15 juillet 2019)

Normes de protection ou permis de polluer ? Volet 2

Contamination de l’eau potable par le tritium -

La révision à la baisse de la référence de qualitéde 100 Bq/l.

Document explicatif de la CRIIRAD à lire ici

Contamination de l’eau par le tritium : la CRIIRAD interpelle les autorités

La CRIIRAD vient d’adresser aux autorités une demande de révision drastique des normes applicables à la contamination radioactive de l’eau potable. Il faut mettre fin au régime de faveur dont bénéficient les activités nucléaires : il leur permet d’exposer la population à des niveaux de risque plus de 100 fois supérieurs à celui qui est toléré pour les cancérigènes chimiques.

Lire la lettre ouverte adressée le 11/07/2019 en RAR à la ministre de la Santé, au ministre de la Transition Écologique et Solidaire et au président de l’ASN.

La CRIIRAD demande également que toutes les communes dont l’eau potable est contaminée par le tritium soient recensées, que les situations soient évaluées et que les habitant.e.s soient informé.e.s. Un plan d’action doit permettre de traiter les situations par ordre de priorité, en tenant compte notamment de la durée et de l’intensité de la contamination.

Un grand merci à ceux et celles qui ont recherché les résultats de leur commune sur le site du ministère de la Santé !

Nous avons répondu à plus de 90% des personnes qui nous ont adressé leur constat d’anomalie mais quelques dossiers sont encore en cours de traitement. Nous avons pris du retard sur notre planning à cause du sous-effectif lié aux congés d’été mais surtout parce que les cas de figure se sont révélés plus complexes qu’attendu. Nous savions la consultation des bulletins très fastidieuse mais, sur la base de notre expérience, nous la pensions relativement simple. Plusieurs exemples qui nous ont été signalés (notamment sur l’Isère, les Hauts de Seine et le secteur de Nantes) ont révélé un nouveau type de dysfonctionnement qui transforme les recherches en véritable jeu de piste.

Les anomalies peuvent concerner de très grandes villes et pas seulement un petit village qui serait passé à la trappe. Nous avons des cas d’absence totale de contrôle (aucune analyse de radioactivité depuis 2005, date de l’entrée en vigueur de l’obligation de contrôle de la radioactivité de l’eau potable) ; des cas de fréquence d’analyse inférieure, voire très inférieure, à celle fixée par la réglementation ; des cas d’absence de résultats alors que des analyses ont pourtant été réalisées puisque nous les avons trouvées en effectuant la recherche à partir d’une autre commune ou en dehors du site du ministère de la Santé. Nous ignorons encore l’origine des problèmes : défaut de contrôle ? Défaut de transmission des résultats ? Défaut de conception de la base de données ? Quelle que soit l’explication, les faits sont là : contrairement à ce qu’affirme le site ministériel, des millions d’habitant∙e∙s n’ont pas accès aux résultats des analyses de radioactivité.

Nous publierons nos constats au cours des 10 prochains jours, avec mise à disposition des courriers adressés aux sociétés responsables de la production et de la distribution de l’eau et aux Agences Régionales de la Santé. Une foire aux questions et des modèles pour faciliter vos démarches sont en cours de rédaction.

Bon courage à tous ceux qui poursuivent les vérifications,

Merci à tous pour votre soutien à notre association,

Très cordialement

L’équipe de la CRIIRAD

PS : n’oubliez pas qu’un compte spécial a été créé pour le dossier « eau potable / tritium ». Envoyez vos constats à mobilisations@criirad.org

 

12/07/2019

Can Ouest - COMMUNIQUE DE PRESSE A propos de la venue annoncée d’ Emmanuel Macron à Cherbourg

le 8 juillet 2019

 

A propos de la venue annoncée d’ Emmanuel Macron à Cherbourg pour le lancement du Suffren, engin de destruction massive…

 

Le 12 juillet à Cherbourg Emmanuel Macron vient célébrer, en grande pompe, le lancement du SUFFREN premier sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) de la série Barracuda, construit par Naval Group.

Ce sous-marin supplémentaire, à propulsion nucléaire, armé de lanceurs d’engins nucléaires est une menace de plus pour le monde entier. L’arme nucléaire n’est d’aucune utilité contre le terrorisme et la modernisation de l’arsenal nucléaire français participe à une nouvelle course mondiale au développement de ces armes de destruction massive comme au temps de la guerre froide. Cela méprise le traité d'interdiction des armes nucléaires voté en juillet 2017 à l'ONU par 122 pays n'acceptant plus de se faire terroriser par les 9 pays qui possèdent cette arme de destruction massive.

Dans un monde fortement impacté par les changements climatiques et alors que le gouvernement recherche des moyens pour diminuer les dépenses de l’état, cette dépense de 9 milliards dans l’armement est insupportable comme le sont aussi les plus de 11 milliards déjà engloutis dans le chantier de l’EPR de Flamanville.

Ces milliards d’euros auraient été plus utiles au développement des énergies renouvelables décentralisées, adaptées aux territoires et aux pouvoirs partagés entre travailleurs, usagers et protecteurs de la Planète.

Se vanter, comme le fait le Président de la République, d’un tel entêtement nucléaire, civil comme militaire,  rétrograde, est la manifestation d’une arrogance coûteuse et dangereuse pour l’avenir et la paix du Monde.

 

Contact presse :

Didier Anger 06 80 23 39 45

Chantal Cuisnier 06 84 14 58 87

Martial Château 06 45 30 74 66

Sylvie Sauvage 06 08 71 79 61

 

Pollution de l’eau potable par le tritium : la CRIIRAD conteste, preuve à l’appui, le seuil de potabilité de l’OMS

La CRIIRAD appelle les citoyen-ne-s à vérifier le taux de tritium de l’eau qui sort de leur robinet.

C’est facile et gratuit !

Communiqué de presse de la Commission de Recherche et d’Information In-dépendantes sur la Radioactivité, 4 juillet 2019 :

http://www.criirad.org/eau%20potable/2019-07-5_H3_10.000%...

04/07/2019

29 juin 2019 - Atomik-tour - Déclaration des Gilets jaunes d'Angers

Nous, Gilets jaunes d’Angers, dénonçons la politique de criminalisation et de répression systémique qui s'abat depuis plus d’un an et demi sur les opposants à la poubelle nucléaire CIGEO à Bure dans la Meuse : déjà plus d'une cinquantaine de procès, des centaines de mois de sursis distribués, près de 2 ans de prison ferme, 26 interdictions de territoire, des milliers d’euros d’amende, une vingtaine de perquisitions réalisées en Meuse, à Paris, en Isère, une trentaine de gardes à vue dont celle d’un avocat, un escadron de gendarmes mobiles installé sur place depuis l'été 2017, les habitants de Bure et autour suivis, fichés, filmés et contrôlés, et parfois à plusieurs reprises en l'espace de quelques heures, 7 personnes interdites de se voir et rentrer en relation, et ce pour des années, dans le cadre d'un contrôle judiciaire dans une instruction pour "association de malfaiteurs".
Nous, Gilets jaunes d’Angers, dénonçons fermement la mise en place depuis 2 ans en Meuse d'un système mafieux qui ne dit pas son nom, où les libertés fondamentales et les droits de la défense sont chaque jour piétinés.
Au nom de l’avancée forcée d’un projet nucléaire démentiel qui ne présente aucune garantie de sécurité et de faisabilité.
Au nom de la destruction d'un mouvement de lutte pluriel pour commencer les travaux imminents de CIGEO.
Au nom de la mise en place d’un laboratoire répressif servant d'expérimentation pour mieux neutraliser de futures luttes.
Nous, Gilets jaunes d’Angers, dénonçons cette répression massive qui s'installe également partout ailleurs en France et dans le monde, dans les mouvements sociaux, les quartiers, les luttes migratoires, les luttes territoriales et environnementales...
Nous ne devons pas rester silencieux ni courber l’échine par peur d'être les prochains sur la liste. Nous appelons à mettre fin à la criminalisation de la lutte à Bure et de toutes les autres mobilisations et espaces d'opposition en France.
Nous appelons à densifier partout les solidarités et à ne pas nous laisser enfermer dans l'isolement.
Nous appelons à en finir avec le silence et l’intimidation.
Non ! A Bure, à Angers comme ailleurs, nous ne sommes pas des malfaiteurs !
 

28/06/2019

Atomik-tour à Angers - Projection du film "Nucléaire, la fin d'un mythe" suivi d'un débat

 

Date : vendredi 28 juin 2019, deuxième jour de l'étape de l'Atomik-tour à Angers.

Lieu : Salle du Doyenné (rez-de-chaussée) - 58 Boulevard du Doyenné - ANGERS

D´ici à 2028, 34 des 58 réacteurs vont fêter leur quarantième anniversaire, âge limite d´exploitation fixé lors de la construction du parc. EDF surendetté n´a pas les moyens de remplacer ces réacteurs en fin de vie. Ce film raconte comment la France, par choix politique, s´est rendue totalement dépendante du nucléaire jusqu´à se mettre dans une dangereuse impasse. Ce film montre aussi que simultanément au vieillissement des centrales nucléaires, plusieurs barrages stratégiques d´EDF donnent quelques signes de faiblesse inquiétants. Qui ont été les acteurs de cette stratégie électronucléaire ? Comment s´est-elle été imposée dans les coulisses de l´Etat, quels ont été les moments clés ? Quels sont aujourd´hui les véritables raisons et les risques liés au prolongement de la durée de vie du parc en exploitation ? Une enquête rigoureuse au coeur de la machine nucléaire française avec les témoignages des différents acteurs du secteur.

Un film de Bernard Nicolas, Thierry Gadault et Hugues Demeude Réalisé par Bernard Nicolas Une coproduction : Bonne Pioche /Public Sénat Avec la participation de France Télévisions

Durée : 54 mn

Ce film sera suivi d'un débat en présence de Catherine Fumé.

 

24/06/2019

L'étape d'Atomik-tour à Angers va s'ouvrir ce jeudi 27 juin par le spectacle de jonglerie atomique 45 ° sans Eau

La guinguette Le Héron Carré accueillera la caravane de l'Atomik-tour le temps d'un spectacle de jonglerie atomique de la compagnie KL.

L'histoire du nucléaire avec une jonglerie atypique, un humour grinçant et une habile répartie...Un savant mélange entre conférence gesticulée, théâtre de rue et performance circassienne.

Lieu : Promenade Yolande d'Aragon - Parc Balzac - Angers

Date et Heure : le jeudi 27 juin 2019 à 18 h 30

Durée 45 mn - Tout public attentif (enfants accompagnés)

Prix libre au chapeau